Les Secrets et enchantements de la maison de poupée de la reine d’Angleterre

Vita Sackville-West & Kate Baylay

 Dans la maison de poupée de la reine Mary, se cache un « fantôme qui n’en est pas un », sous l’apparence d’une jeune femme mystérieuse, mais surtout très mondaine.


plus d’infos ● commander le livre

Toujours au bon endroit et en bonne compagnie, cette jeune femme ne manque jamais de rappeler qu’elle connait des célébrités comme Cendrillon ou Barbe-Bleue, qu’elle possède des trésors comme le petit pois du fameux conte, ou qu’elle a assisté au baiser qui réveilla la Belle au bois dormant… Un très beau texte, qui fait de nombreux clins d’œil à de grandes références de l’univers du conte. Vita Sackville-West dresse un portrait attachant de son héroïne et nous invite à développer notre curiosité et notre imagination. Les illustrations de Kate Baylay accompagnent à la perfection le texte, lui donnant un aspect très Art Nouveau. Ce livre est une mise en abîme sur deux niveaux : d’une part il fait référence à la maison de poupée dans laquelle il se trouve lui-même, et d’autre part il constitue la réponse (la note explicative) qui aiderait ses propres personnages à comprendre pourquoi la maison est en désordre.

L’HISTOIRE QUI SE CACHE DERRIÈRE CE LIVRE… Ce texte a été commandé par la reine d’Angleterre Mary en 1924 pour sa maison de poupée, réplique fidèle d’une demeure édouardienne aristocratique, équipée avec l’électricité, des ascenseurs et l’eau courante. 700 artistes ont été invités à donner des croquis, dessins et aquarelles, à taille réduite, pour décorer la petite maison, et 200 auteurs comme Rudyard Kipling (Le Livre de la Jungle), Sir Arthur Conan Doyle (Sherlock Holmes), A.A. Milne (Winnie l’Ourson) ou encore J.M. Barrie (Peter Pan) ont écrit de courts textes, publiés dans des livres de 39 x 10 mm. Ce livre repose toujours sur les étagères de la bibliothèque miniature, que l’on peut voir pendant une visite du Château de Windsor.

ON EN PARLE ! The Telegraph : « Ce tout petit récit, pas plus grand qu’une boite d’allumettes, a été écrit par Vita Sackville-West, amante aristocrate de Virginia Woolf. Son sujet dira quelque chose aux lecteurs d’Orlando : un esprit éternel, présent lors des événements majeurs de l’histoire des contes de fées… » ● Mya’s Books : « J’ai beaucoup aimé cette lecture envoûtante. J’ai toujours trouvé les maisons de poupée mystérieuses et fascinantes et ce livre nous montre justement ce qu’elles ont de si particulier. C’est une lecture unique en son genre et pleine d’élégance. J’ai aussi beaucoup aimé les illustrations de Kate Baylay qui collent parfaitement au texte et rappellent l’Art nouveau et les années folles. » ● Depuis le cadre de ma fenêtre (blog) : « Écrit par Vita Sackville-West, amante célèbre de Virginia Woolf qui lui a inspiré Orlando et figure littéraire majeure du XX ème siècle, ce récit à la fois facétieux et plein d’esprit fait sourire les petites têtes blondes comme les grandes ! (…) Le graphisme très Art Nouveau, se marie parfaitement au contexte et se prête lui-même au sourire. » ● Les Mots de la fin : « Une mise en abîme judicieuse et joyeuse, un personnage gracieux et enjoué, des illustrations sublimes inspirées du mouvement Art Nouveau, et une irrépressible envie – pour les plus grands – de découvrir l’œuvre de Vita Sackville-West. » ● Elle : « Ce livre relève du joyau. (…) Wonderful ! » ● Lucie & Co : « Avec sa double mise en abyme, ce texte hors du commun de Vita Sackville-West se savoure d’autant plus qu’il est porté par les très belles illustrations de Kate Baylay multipliant les angles et les points de vue, passant de la double page au médaillon sur fond blanc, créant une vraie ambiance rétro et invitant chacun à regarder plus loin que les simples traits. Vraiment, « Les secrets et enchantements de la maison de poupée de la Reine d’Angleterre » est un album qui célèbre par une esthétique du texte et de l’image l’imagination et la curiosité. » ● Blog des Arts : « L’illustratrice londonienne Kate Baylay a traduit avec une grâce digne de Erté, les décors de cette exceptionnelle maison de poupée dans laquelle vit une jeune femme mystérieuse. (…) Un cadeau enchanteur. » ● fabienne rêve : « En plus de lire une histoire merveilleuse, on découvre la magie de sa réalisation. Un bel ouvrage à offrir aux jeunes lectrices. » ● Les Sandales d’Empédocle : « Un petit album enchanteur, rempli de surprises et de bonheur ! Coup de cœur ! » ● Libération : « La maison de poupée de la reine d’Angleterre, au château de Windsor, est si extraordinaire que les visiteurs viennent des quatre coins du pays pour l’admirer. L’intérieur miniature paraît si confortable qu’ils souhaiteraient presque découvrir, comme Alice au pays des merveilles, un gâteau qui permette de devenir suffisamment petit pour y pénétrer… » ● Culture kids : « Vita Sackville-West, auteure très en vogue de l’époque et notamment connue pour son histoire d’amour avec Virginia Woolf, s’est manifestement inspirée de sa propre vie : la coupe garçonne, les voyages, les déguisements et tenues etc… La magie de cette histoire est renforcée par les illustrations poétiques et magnifiques de Kate Baylay. Son style Art nouveau et années folles contribue à plonger le lecteur dans la féerie de cette ambiance de maison de poupée. La multitude de petits détails travaillés et fleuris suggère le luxe. Le livre en lui-même (celui édité chez Grasset, pas l’original), est un très bel objet: la couverture est magnifique et très élégante, comme tout le reste, d’ailleurs. Il s’adresse évidement aux enfants, mais pas seulement. Ce fut un réel plaisir de le lire à ma fille. Sa mamie l’a également adoré. » ● Encres vagabondes : « Les illustrations raffinées, en style Art Nouveau, prolongent le charme envoûtant du texte. Nous avons soudain l’impression d’être devenus aussi petits qu’Alice au Pays des Merveilles et de suivre, à pas de souris, l’héroïne fantomatique, double de papier de l’auteur (…) Un enchantement pour petits et grands. À découvrir absolument ! » ● Les Enfants des livres, France Info : « Un petit conte plein de fantaisie illustré par Kate Baylay à la jolie mode des années 20. » ● Ricochet : « Réédité avec soin par les éditions Grasset, ce texte – qui parle d’un fantôme errant dans cette aussi mythique que minuscule demeure – est raconté via une habile mise en abîme, par Vita Sackville-West. Quant aux ravissantes illustrations style art déco, elle sont signées Kate Baylay. Un album à la trajectoire originale dont le contenu n’a pas pris une ride et qui se savoure à l’heure du thé, le petit doigt levé. » ● Petite Fleur loves books : « un magnifique album à offrir à tous ceux qui aiment les belles choses et croient fermement aux secrets et enchantements de ce monde. »

 

 

.

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :