Si j’avais une girafe

Shel Silverstein

 Un album tendre, hilarant et poétique.


Commander le livre

« Si j’avais une girafe
et si je l’étirais
j’aurais une girafe et demie

et si elle se coiffait
d’un chapeau et d’un rat
j’aurais une girafe et demie
coiffée d’un chapeau rat

et si je l’habillais
d’un fort joli costume
j’aurais une girafe et demie
coiffée d’un chapeau rat
dans un complet veston »…

Délicieusement tendre, hilarant et poétique, cet album universel décrit tout ce qu’un petit garçon à l’imagination débordante pourrait faire s’il avait une girafe…

Publié pour la première fois aux États-Unis en 1964, cet album non-sense du célèbre Shel Silverstein s’appuie sur le principe d’accumulation.

Après l’irrésistible On a toujours besoin d’un rhinocéros chez soi, Grasset-Jeunesse poursuit la publication de l’œuvre de Shel Silverstein.

Réalisateur, producteur, scénariste, poète, compositeur, Shel Silverstein (1930-1999) était aussi et surtout auteur de livres pour enfants. Ses albums et recueils de textes illustrés, chefs d’œuvre de la littérature jeunesse, ont été traduits dans plus de 30 pays, et se sont vendus à plus de 20 millions d’exemplaires dans le monde.

Et si vous ne connaissez pas encore le très chouette, original et ludique site www.shelsilverstein.com, n’attendez-pas pour aller y faire un tour : il y a plein de jeux et d’animations, dont une animation Girafe bien sûr !

ON EN PARLE !Les Mots de la fin : « Un album loufoque et attendrissant où le non-sens règne pour notre plus grand plaisir. Le texte se fait comptine, le dessin envahit la page blanche dans un rythme déchaîné. Ça remue, ça s’agite et on adore, forcément ! » ● L’Etagère du bas : « Si j’avais une girafe est un album extrêmement bien maîtrisé et Shel Silverstein utilise intelligemment la gestion du blanc dans les doubles-pages. (…) les enfants se laissent bercer par le rythme et la musicalité du texte qui oscille entre chanson et poème, puis s’amusent à vérifier si tous les éléments sont bien présents au fur et à mesure que l’histoire progresse (ainsi que le petit nouveau qui s’ajoute à chaque page). »● MyBoox : « Si l’accumulation est drôle dans les mots, elle est carrément jouissive dans les dessins, où l’on assiste aux galères de cette pauvre girafe qui tente de garder l’équilibre malgré son chapeau-rat, sa colle au soulier, sa chaise dans les cheveux etc. Mais Shel Silverstein ne laisse pas sa girafe dans la panade, et lui retire, un à un, à coup de trocs et d’astuces, tous ses accoutrements encombrants ! » ● Histoire de critiquer : « Un album drôle où on apprend comment obtenir une girafe et demi coiffée d’un chapeau rat dans un complet veston… » ● S’il te plaît, raconte-moi une histoire (Parallèle Mag) : « Dessin épuré en noir et blanc, texte surréaliste et poétique, cet album propose aux petits de travailler leur imagination et leur mémoire, avec un humour décalé d’excellente facture. Intelligent et drôle ! » ● Poison Darling : « Excellente introduction aux rythmes de la poésie ce très bel album plein d’humour et de tendresse, qu’il est plaisant de lire à haute voix, plaira aux plus petits comme aux plus grands grâce à la malice et la bonne humeur qui y règnent. » ● Bruxelles News : « Shel Silverstein s’appuie une nouvelle fois sur le principe d’accumulation pour engendrer une forme de poésie. » ● La Bibliothèque de Chlop : « Quand on aime le grand n’importe quoi (ce qui est mon cas) on ne peut qu’aimer cet album. On rit, on se laisse emporter, on ne se rend même pas compte à quel point cette accumulation dans l’image et dans le texte ressemble aux jeux d’enfants. » ● Deslivresetlesenfants : « Le rapport texte/image est parfaitement synchronisé. Les transformations graphiques semblent s’accélérer au rythme du récit qui sonne comme une comptine. Un ouvrage qui rappelle comme l’absurde peut-être drôle et salvateur ! » ● Quelle histoire pour mon enfant : « Délicieusement tendre, hilarant et poétique, cet album universel décrit tout ce qu’un petit garçon à l’imagination débordante pourrait faire si il avait une girafe… » ● Les sandales d’Empédocle : « Publié pour la première fois aux États-Unis en 1964, cet album non-sense du célèbre Shel Silverstein s’appuie sur le principe d’accumulation. » ● A lire aux pays des merveilles : « Et vous n’avez pas tout vu ! Ni tout lu d’ailleurs, car si l’auteur s’amuse de l’absurde de ces accumulations il sait aussi jouer avec le texte qui se construit sous nos yeux comme un poème. » ● Li & Je : « Tout cela a le charme des comptines et des contes en randonnée. Le dessin est celui d’un caricaturiste habile, vif et insolent. On ne peut qu’encourager la consommation immodérée de cette invitation au désordre et au rêve. » ● Histoires pour les petits : « Au fil des pages, objets et péripéties s’accumulent dans cet album sans queue ni tête qui peut aussi se lire à l’envers. Un classique qui met à l’honneur l’imagination des enfants. » ● Libbylit : « Un album tendre, poétique et hilarant ! Lecture recommandée. »

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :